Topoï (atlas sonographique II)


paysages graphiques pour une translation sonore
graphic landscapes for a sonic translation

*** en cours de réalisation > résidence “Ecouter les lignes, tracer des sons” à la faculté des sciences de l’université de Montpellier
*** in progress > residency "Listen to the lines, draw sounds" at the faculty of sciences of the university of Montpellier


Les dessins de ce recueil définissent des espaces sonores. Ils sont composés de différents signes correspondant à des matériaux de sons, déclinés, recombinés, fusionnés, les uns avec les autres. Ces éléments sont placés sur le plan comme si ils cartographiaient un espace musical potentiel, encore pas totalement défini, car il appartient aux musicien.ne.s de lui donner un corps en traversant le prisme de leurs propres sensibilités individuelles et collectives. Ils et elles l’explorent comme une carte en imaginant ce que représente chaque matériaux pour eux-elle-mêmes, écoutent les propositions des autres, et imaginant collectivement la musique. Des règles peuvent être définies par le groupe, et chaque espace sonore peut être travaillé et exploré jusqu’à en connaitre les moindres recoins.

Il est important que chacun.e ait conscience de son propre topos, c’est-à-dire la place qu’il-elle occupe dans le processus de fabrication de la musique, qu’il-elle puisse s’y mouvoir avec son bagage de créativité et de liberté, tout en considérant les topoï des autres. L’interaction entre les participants est avant tout une question d’écoute : elle se place dans les intentions, se combine dans les timbres et se réalise dans les silences qui définissent les lignes, les axes et les angles.


The drawings of this collection define sound spaces. They are composed of different signs corresponding to sound materials, declined, recombined, merged with each other. These elements are placed on the plan as if they map a potential musical space, not yet totally defined, because it is up to the musicians to give it a body by crossing the prism of their own individual and collective sensibilities. They explore it like a map, imagining what each material represents for themselves, listening to the proposals of others, and collectively imagining the music. Rules can be defined by the group, and each sound space can be worked on and explored until every corner is known.

It is important that each participant is aware of his or her own topos, i.e. the place he or she occupies in the process of making music, and that he or she can move about with his or her own creativity and freedom, while considering the topos of others. The interaction between the participants is above all a question of listening: it is placed in the intentions, combined in the timbres and realized in the silences that define the lines, axes and angles.





[...]